alan-roura-et-la-fabrique-fin-d-une-belle-histoire

Alan Roura et La Fabrique, fin d’une belle histoire

08.06.2021


Après cinq années, riches d'incroyables souvenirs,  en tant que partenaire titre d’Alan Roura, La Fabrique ne repartira pas pour de nouvelles aventures au large. La marque du groupe Cornu, maître boulanger vaudois, s’était engagée auprès du navigateur en 2016, afin de lui permettre de réaliser son plus grand rêve, avant de doubler la mise jusqu'en 2021. Retour sur une collaboration qui aura permis au jeune Suisse de se révéler au public et de marquer l’histoire du sport helvétique.

Le contrat qui liait La Fabrique à Alan Roura courait jusqu’à la fin du Vendée Globe 2020-2021, apogée de quatre années de sponsoring qui faisaient suite à un premier « coup d’essai » en 2016. Après la rencontre providentielle du Genevois, 23 ans à l’époque, avec Cyril Cornu, directeur de la marque, et l’incroyable premier Vendée Globe en 2016 qui avait suivi, skipper et sponsor titre décidait en effet de repartir pour un tour en 2020. Avec cette fois, quatre pleines saisons de préparation et des ambitions à la hausse. Si la pandémie de Covid-19 aura quelque peu gâché la fête, la saison 2020 n’ayant pu tenir ses promesses d’année-apothéose, que l’aventure fut belle malgré tout ! Une nouvelle marque de biscuits, un nouveau bateau, une nouvelle paire de foils, une superbe Route du Rhum 2018, un magnifique record de l’Atlantique Nord en 2019 et un second tour du monde en solitaire : cinq ans après ce qui ne devait être qu’un « one shot », le bilan est indiscutablement positif. « Une magnifique aventure humaine et sportive s’est achevée à l’instant où Alan a franchi la ligne d’arrivée de ce Vendée Globe 2020-2021, résume Cyril Cornu. Et même si le résultat sportif n’est pas à la hauteur de ce qui était espéré, un projet comme celui-ci ne se résume pas à un classement. Les marins d’un Vendée Globe sont perçus de trois manières différentes : On respecte ceux qui prennent le départ, qui ont le courage d’affronter leurs peurs et qui acceptent de se retrouver seuls face aux éléments. On admire ceux qui le terminent, pour leur capacité à avoir su se faire accepter des océans, pour leur abnégation et leur talent indéniable. On se souvient de ceux qui le gagnent, simplement parce qu’ils entrent dans l’Histoire de la voile et du sport en général. Alan a déjà gagné notre respect et notre admiration par deux fois. À 27 ans. J’en suis convaincu, un jour, il entrera lui aussi dans l’Histoire. C’est un honneur et une fierté de faire partie de la sienne. » Honneur et fierté partagés par le jeune skipper, profondément touché par cette belle rencontre : « Je remercie La Fabrique et l’ensemble de mes partenaires pour la confiance qu’ils ont accordé à ce petit jeune de 23 ans qui rêvait de faire le tour du monde. Je ne peux que les remercier du fond du coeur, avec un sacré pincement au coeur de ne pouvoir continuer l’aventure avec des personnes aussi formidables. Ils ont cru en moi quand personne d’autre ne l’a fait et m’ont permis de prouver qu’il fallait compter sur moi. J’ai été le sportif le plus chanceux au monde de croiser leur route, j’espère qu’il continueront à être fiers de moi. »

En recherche de nouveaux partenaires 

Si des projets communs entre Alan et La Fabrique sont encore possibles, la société ne pourra continuer de financer les ambitions grandissantes de celui qui souhaite, un jour, gagner le Vendée Globe : « Nous avons annoncé à Alan dès la fin d'année 2019 que ça devenait trop gros pour nous. L’aspect financier est certes important pour une PME comme la nôtre, mais il faut aussi savoir être pragmatique. Nous sommes un magasin de fabrique à Champagne et une petite marque de produits boulangers. Nous n’avons pas la possibilité de profiter de cette visibilité autant que nous le devrions et il est temps de laisser la place à une marque qui pourra capitaliser dessus, bien plus que nous ne le pourrons jamais ». La place est donc à prendre, sur le prochain bateau du navigateur comme dans le coeur de ses nombreux supporters. Et le compte à rebours est lancé si Alan Roura souhaite participer, de façon compétitive, à la saison 2022. « Je suis dans une bonne dynamique, assure le Genevois. Je suis confiant dans ma capacité à convaincre d’anciens et nouveaux sponsors d’embarquer avec moi, d’autant que le Vendée Globe et la course au large ont marqué des points cet hiver, s’imposant même comme le sport disposant d’un des meilleurs rapports prix-visibilité actuellement. J’espère simplement avoir la chance de trouver des partenaires aussi fabuleux que ceux de ces dernières années… Et que le timing sera le bon pour me permettre d’exprimer pleinement mon potentiel ! » À toute entreprise désireuse de voguer autour du monde, en véhiculant des valeurs positives et en adéquation avec leur philosophie, Cyril Cornu n’a qu’un mot à adresser : « Foncez ! »


Planning prévisionnel
:

Été 2021 : construction ou achat d’un nouveau bateau en vue du Vendée Globe 2024
Automnes 2022 - 2023 : Route du Rhum et Transat Jacques Vabre OU The Ocean Race 
10 novembre 2024 : Vendée Globe 


Ils ont dit : 

Cyril Cornu, directeur de La Fabrique : « Une magnifique aventure humaine et sportive s’est achevée à l’instant où Alan a franchi la ligne d’arrivée de ce Vendée Globe 2020-2021. Et même si le résultat sportif n’est pas à la hauteur de ce qui était espéré, un projet comme celui-ci ne se résume pas à un classement. Les marins d’un Vendée Globe sont perçus de trois manières différentes : On respecte ceux qui prennent le départ, qui ont le courage d’affronter leurs peurs et qui acceptent de se retrouver seuls face aux éléments. On admire ceux qui le terminent, pour leur capacité à avoir su se faire accepter des océans, pour leur abnégation et leur talent indéniable. On se souvient de ceux qui le gagnent, simplement parce qu’ils entrent dans l’histoire de la voile et du sport en général. Alan a déjà gagné notre respect et notre admiration par deux fois. À 27 ans. J’en suis convaincu, un jour, il entrera lui aussi dans l’Histoire. C’est un honneur et une fierté de faire partie de la sienne.

Nous avons annoncé à Alan dès la fin d'année 2019 que ça devenait trop gros pour nous. L’aspect financier est certes important pour une PME comme la nôtre, mais il faut aussi savoir être pragmatique. Nous sommes un magasin de fabrique à Champagne et une petite marque de produits boulangers. Nous n’avons pas la possibilité de profiter de cette visibilité autant que nous le devrions et il est temps de laisser la place à une marque qui pourra capitaliser dessus, bien plus que nous ne le pourrons jamais. Foncez ! »

Alan Roura, navigateur : « Je remercie La Fabrique et l’ensemble de mes partenaires pour la confiance qu’ils ont accordé à ce petit jeune de 23 ans qui rêvait de faire le tour du monde. Je ne peux que les remercier du fond du coeur, avec un grand pincement au coeur de ne pouvoir continuer l’aventure avec des personnes aussi formidables. Ils ont cru en moi quand personne d’autre ne l’a fait et m’ont permis de prouver qu’il fallait compter sur moi. »  

Je suis dans une bonne dynamique, je suis confiant dans ma capacité à convaincre d’anciens et nouveaux sponsors d’embarquer avec moi, d’autant que le Vendée Globe et la course au large ont marqué des points cet hiver, s’imposant même comme le sport disposant d’un des meilleurs rapports prix-visibilité actuellement. J’espère simplement avoir la chance de trouver des partenaires aussi fabuleux que ceux de ces dernières années… Et que le timing sera le bon pour me permettre d’exprimer pleinement mon potentiel ! » 


Photos © Christophe Breschi & Arnaud Pilpré / La Fabrique Sailing Team 



OFFICIAL SPONSOR