21-platz-bei-der-transat-jacques-vabre-fuer-alan-roura

21. Platz bei der Transat Jacques Vabre für Alan Roura

12.11.2019

Alan Roura und Sébastien Audigane überquerten am Dienstag, den 12. November um 18.28 Uhr Lokalzeit die Ziellinie der 14. Ausgabe des Transat Jacques Vabre und belegten in der Kategorie IMOCA den 21. Platz. 

Die Crew von La Fabrique brauchte 16 Tage, 5 Stunden, 13 Minuten und 30 Sekunden, um die 4.350 Meilen von Le Havre mit einer Durchschnittsgeschwindigkeit von 11,18 Knoten zurückzulegen.
Der Rückstand zum Siegerteam Apivia beträgt zwei Tage, 17 Stunden, 5 Minuten und 30 Sekunden.

„Wir sind schon etwas enttäuscht über diese Kassierung. Gleichzeitig sind wir extrem froh, in Brasilien zu sein und Euch alle zu sehen“, so Roura nach seiner Ankunft.

"Wir haben gekämpft, nie aufgegeben aber wir hatten auch etwas Pech. Das passiert jedem. Vielleicht war das Problem, dass wir nicht nach Westen gesegelt sind sondern dass wir die mittlere Option gewählt haben. Das war wohl nicht die Beste, denn die Flaute für uns sehr schlecht. Jetzt sind wir einfach froh, in Brasilien zu sein“!


Alan 

« On fera plus souvent 21èmes, il y a du monde ! Ça fait du bien d’arriver ! On est frustrés et déçus mais en même temps, l’océan nous a laissés passer, on est contents d’être avec vous, avec une caïpi et un bol de fruits.

On s’est battus, on n’a jamais lâché, on n’a pas eu de chance, ça arrive à tout le monde. Quand on voit le classement de la flotte, il y a un peu de tout. En tout cas, j’ai pris énormément de plaisir à naviguer avec Seb, c’est quand la prochaine ? »

Sébastien

« On n’est pas vraiment partis à l’Ouest, c’est peut-être ça le gros problème. On a pris une option médiane, qui n’était pas forcément très judicieuse… Après, on s’est bien rattrapés sur un groupe de bateaux qui avait la même vitesse. Le Pot-au-noir a été décisif quand même pour le petit groupe avec qui on était… »

Alan

« Le Pot-au-oir a été dur. On a pris un orage, la foudre tombait au cul du bateau, c’était impressionnant. Mais on était bien dedans et on avait recollé aux premiers et au peloton qu’on voulait atteindre qui n’était plus que 80 milles devant. Tout était encore possible, mais ils ont eu une risée, et ils sont partis. Manu était juste à côté de nous, il est parti ! On est heureux d’être ici au Brésil ! »



Foto © Pierre Bouras