alan-le-12-novembre-2020

Alan, le 12 novembre 2020

12.11.2020


Joint par l'organisation du Vendée Globe ce jeudi matin, Alan partageait son bonheur d'être en mer tout en restant très préoccupé par la dépression tropicale située au sud des Açores  :

« Ça va, on essaye de faire avancer le bateau ! Ce ne sont pas les conditions les plus agréables pour un début de Vendée Globe mais on fait avec ! Le bateau va bien, le bonhomme reprend des forces parce qu’au début c’était un peu dur. Tout va bien, content d’être là. La suite s’annonce compliquée encore, c’est le test avant d’aller dans le Sud ! 

Je ne suis pas le premier mais je ne suis pas le dernier, j’ai réussi à me placer plutôt intelligemment je pense, faire une jolie trajectoire. Le classement, il ne faut pas regarder, de toute façon c’est le Vendée Globe, c’est à la fin qu’on regarde. Je ne suis pas très loin de Giancarlo, je suis plutôt pas mal, je suis assez content de moi ! 

La jolie dépression tropicale qu’on a en face de nous me préoccupe pas mal depuis quelques jours. J’essaye de travailler une jolie route pour la passer le plus intelligemment possible parce que ça ne sert à rien d’aller à la casse. J’y pense beaucoup, je pèse le pour et le contre par rapport à la trajectoire et j'essaye de m’occuper de mon petit bateau, le nettoyer, l’entretenir et me reposer un maximum parce que ès demain on retourne au combat. C’est une deuxième guerre qui commence. 

Sinon tout va bien à bord, à part mon plexiglass qui a sauté, rien à signaler. Je suis très content de l’état du bateau après ces conditions météo très agréables ! Je le contrôle tous les jours, je fais mon tour, c’est important d’être serein avec son bateau. J’ai de la chance, c’est un peu un fer à repasser, mais le mien est bien costaud ! 

Je commence à bien connaître les Açores, c’est plutôt rare de les voir à l’aller mais c’est plutôt cool. Mon routage me fait passer à environ 80 milles, ça va être sympa ! Le seul truc c’est qu’il ne faut pas être tenté de s’y arrêter : on continue tête baissée, il faut se dire que ce sont des îles sauvages avec des cannibales et on ne s’y arrête pas ! »



Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique 



SPONSORS OFFICIELS