alan-le-27-novembre-2020

Alan, le 27 novembre 2020

27.11.2020


Joint par l'organisation du Vendée Globe ce vendredi matin, Alan ne cachait pas son bonheur de mettre enfin un peu d’Est dans sa trajectoire et d’avancer à bonne allure en direction du cap de Bonne Espérance :

« Il commence à faire plus frais : c’est petite polaire et couette la nuit pour se reposer. On sent la fraîcheur qui arrive gentiment.

Depuis hier fin de journée, c’est clignotant à gauche, pleine balle jusqu’à Bonne-Espérance. C’est cool d’aller dans le bon sens, parce qu’il y a quelques jours, on faisait plutôt route vers le cap Horn ! C’était un peu dur pour le moral, mais maintenant, ça fait du bien.

Ces deniers jours on en a bien bavé, les conditions étaient très dures avec des grains sans arrêt et en n’avançant pas dans la bonne direction. Là c’est un plaisir de prendre un peu de vitesse, dans des angles qui sont plus rapides. Maintenant il n’y a plus qu’à tenir la cadence parce que devant, ils ont relancé les machines. Mais cette nuit fut une bonne nuit, j’ai réussi à rattraper Romain et Clarisse, ça aussi ça fait du bien !

On n’a toujours pas beaucoup de vent, on a 15 noeuds dans un angle assez abattu donc ce n’es pas très rapide. Mais la mer est plate, il n’y a pas de grains donc c’est quand même un sacré plus. On peut se reposer un peu et ça fait du bien de se refaire une petite santé.

Les conditions sont encore bonnes aujourd’hui et à partir de demain après-midi, on va entrer dans le vif du sujet. Ça va avancer un peu plus vite et dans des conditions un peu plus intenses. Je serai au niveau du 37ème degré Sud : ce ne sera pas encore le grand, grand Sud mais c’est déjà un début. On va se prendre le nord d’une dépression pour commencer en beauté puis ça va enchaîner et ça va aller assez vite jusqu’à Bonne-Espérance, avec de l’air assez soutenu. Enfin, les fichiers météo depuis quelques jours disent complètement n’importe quoi donc c’est dur d’avoir de la météo fiable ici.

J’y vais pour tirer un peu plus dedans, je suis bien énervé avec le bateau. Ce ne sera jamais les mêmes conditions qu’il y a quatre ans, chaque navigation est différente donc j’appréhende encore un peu comme si c’était la première fois. C’est le Sud, il faut s’accrocher.

J’adore le Sud parce qu’il fait jour pendant des heures et des heures,  il y a des couleurs absolument magnifiques, des longues houles qui poussent les bateaux dans des surfs interminables, des grosses dépressions, des tempêtes… C’est un ensemble, j’adore. En tout cas, il y a quatre ans, j’ai beaucoup aimé le Sud. »


Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique



SPONSORS OFFICIELS