cap-au-sud

Cap au Sud !

09.11.2017

Après avoir empanné hier dans la journée, Alan et Frédéric ont entamé leur bord de portant en bâbord amure, direction le Sud et le Pot au Noir. Grande glissade sous spi au programme pour l’IMOCA La Fabrique, même si la mer reste formée et que quelques grains et rafales à 30 noeuds se mettront encore sur sa route au grand large du Portugal. 

Belle aile de mouette signée Alan Roura et Frédéric Denis, cette figure de style propre à la voile, clairement visible sur le tracé du monocoque La Fabrique. Après avoir longuement navigué tribord amure, en bordure de l’anticyclone des Açores, l’équipage franco-suisse a plongé dans le Sud, hier en début d’après-midi, lorsque - la pression augmentant en approche du centre de l’anticyclone - le vent a fini par faiblir et que le bon angle pour rejoindre les alizés de Nord-Est s’est présenté. Leur timing semble avoir été le bon puisque, sur les coups 13h (heure française), pas moins de 6 IMOCA ont amorcé leur descente. Y compris Vivo A Beira, plus proche concurrent de La Fabrique, positionné légèrement plus à l’Est. Une position qui devrait s’avérer moins favorable tactiquement, alors que Yoann Richomme et Pierre Lacaze ne comptent plus que 5 milles d’avance sur notre duo.

Les milles défilent

Depuis, ça « bombarde » sous spi, au vrai portant (vent arrière), alors qu’Alan et Fred ont avalé le premier quart de leur traversée en moins de quatre jours. Mais la navigation reste malgré tout inconfortable en raison d’une forte houle résiduelle. Le relai à la barre se veut donc intensif, dans ces conditions où le pilote automatique a tendance à souvent décrocher, quelque peu perdu entre la direction du vent et les mouvements de la mer. L’attention des deux skippers est également à son comble, le vent de Nord Nord-Est devant encore s’intensifier les prochaines heures. Avant le Pot au Noir, pour le moment peu actif à la latitude de l’équateur, il faudra encore composer avec des rafales à 30 nœuds, des grains et une forte mer. Le Sud se mérite !