carnet-de-bord-jour-13

Carnet de bord - Jour 13

18.11.2017

Bonjour à tous !

À l'heure où je vous écris, nous sommes dans un vent d'environ 18 noeuds, à 65°. Nous sommes enfin vraiment sortis du Pot au noir, le ciel est magnifique, plein d'étoiles et le vent commence à être stable. On peut dire que ça tartine, voir que ça bourrine ! Mais pas vraiment le choix que d'avancer vite, maintenant le jeu est vraiment lancé. 

Nous voilà en tête de notre flotte, alors pas question de se laisser remonter ! Derrière nous il y a de sacrés bons bateaux et équipages, il va falloir tout, mais vraiment tout donner pour garder notre place. On est bien plus rapides qu'eux pour le moment, même si on est sur la tranche, bateau couché. Mais réduire, c'est perdre du temps et donc de l’avance.  Alors on charge sur le bateau, l'archi a dit « 20°/25° de gite », c'est un minimum en ce moment ;-)

Chaque relèvement des positions des concurrents devient une longue étude : savoir leurs vitesses, leurs caps, etc. Voir si on contrôle la flotte ou pas. Intense quoi !!!

Le vent est plus fort que prévu, comme souvent, mais son angle ne nous arrange pas par rapport à la route directe. Mais pour le coup, c'est une allure où nous sommes très à l’aise, on sait comment faire avancer le bateau maintenant, il ne faut juste pas casser !

Le confort à bord n'est pas d'actualité, se faire un café est une galère, mais il faut bien le faire pour tenir la cadence et être sur les écoutes. On est en mode match race en gros : un est sur les écoutes, dehors, prêt à choquer si l'on part au tas, pendant que l'autre se repose à l'intérieur, afin d'être en forme pour prendre le relai. 

Le jour va se lever, nous arrivons dans les derniers levers de soleil de cette Transat Jacques Vabre : si tout va bien, mardi nous serons à bon port. 

Allez les amis, c'est pas le tout, mais il faut que j'y retourne… On doit conserver notre huitième place maintenant ! 

Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique Sailing Team