entrer-dans-sa-bulle

Entrer dans sa bulle

05.11.2020


À trois jours du top départ du Vendée Globe, l’heure est aux tout derniers préparatifs à bord de La Fabrique. Pour son skipper, l’enjeu est désormais d’entrer peu à peu, et tant bien que mal dans le contexte actuel, dans sa bulle d’avant-course.  

« J’ai du mal à me projeter et à me mettre dans l’ambiance du départ, avoue un Alan Roura confiné depuis bientôt deux semaines. Il y a quatre ans, à cette même époque, nous bossions encore jour et nuit tout en profitant de la fête. Cette année, je me retrouve isolé et il m’est difficile de réaliser que je pars autour du monde dans moins de 72 heures… » La solution pour plonger dans l’ambiance de départ qui manque cruellement au jeune Suisse ? Travailler la météo. Bien qu’il soit trop tôt pour imaginer précisément quelles seront les conditions du départ, l’analyse des fichiers commence en effet à animer le quotidien des skippers du Vendée Globe. Alan Roura ne déroge donc pas à la règle et est, lui aussi, entré en mode « pré-routage ». « J’ai effectué mon premier gros point météo avec mon routeur, Julien Villion ce jeudi, explique le skipper de La Fabrique. Le routage nous est interdit pendant la course, mais je travaille avec lui en amont des départs depuis deux ans maintenant. Cela me permet d’avoir une bonne idée de ce qui m’attendra lors des premiers jours de course. » Si rien n’est encore totalement fiable, encore trop loin du coup de canon, ces rendez-vous permettent néanmoins de dégager certaines tendances : « A priori, pas de gros coup de vent et des conditions plutôt maniables au départ. À 33 bateaux sur la même ligne, c’est une bonne nouvelle qu’on ne parte pas dans 30 noeuds de vent ! Cela nous permettra aussi de nous mettre progressivement dans le bain et de partir sans stress supplémentaire. »

Dernier test avant la liberté

Outre de prochains échanges avec Julien et quelques derniers étirements en visio avec sa coach pour le skipper, tout est prêt à bord de La Fabrique. Les dernières courses de frais effectuées à distance, le bateau définitivement chargé et paré des multiples petites attentions des proches, ne reste donc plus qu’à attendre le départ. Sereinement ? Pas encore totalement. « Nous avons un dernier test PCR à effectuer vendredi avant d’être assuré de pouvoir prendre le départ, détaille Alan. Ensuite, ce sera confinement strict, sans aucune sortie autorisée, pour l’ensemble de l’équipe. On pourra ainsi être plutôt sûrs que tout le monde sera négatif pour le départ et je pourrai quant à moi laisser tout cela derrière moi. » Vivement dimanche, 13h02 pour un déconfinement anticipé et le début d’une mission encore plus particulière cette année : nous faire rêver.


Photo © Christophe Breschi / La Fabrique



SPONSORS OFFICIELS