manque-de-pot

Manque de Pot…

15.11.2017

Peu actif pour les Ultimes et les Multi 50, en tête de flotte de la Transat Jacques Vabre, le redouté Pot au noir s’est depuis quelques jours beaucoup plus remué… et a stoppé net Alan Roura et Frédéric Denis dans leur descente vers le Brésil.

« Nos fichiers météo ne sont pas terribles, ils sont souvent faussés » a annoncé Alan Roura, dépité, en vacation avec l’organisation de la Transat Jacques Vabre, hier midi. C’est que le jeune Suisse commence à connaître les effets de la zone de convergence intertropicale, frontière météorologique entre les deux hémisphères. C’est là, déjà, qu’il avait rencontré ses premiers problèmes de réception satellite pendant son Vendée Globe. C’est là, aussi, qu’en 2015, il était reste englué pendant plus de trois jours lors de sa première participation à la Route du Café (en Class40, à l’époque). Pour son troisième passage du dénommé Pot au noir, le jeune Suisse ne sera donc pas épargné. Une onde au niveau du Cap-Vert a détérioré l’alizé : lancés à 15 nœuds de moyenne il y a encore deux jours à peine, les skippers de La Fabrique progressent péniblement entre 8 et 9 noeuds cet après-midi... « Il n’y a plus vraiment de jeu stratégique, on a tous plus ou moins les mêmes trajectoires, ça se joue en vitesse pure » précisait Alan. 

Trouver la bonne trajectoire

Des vitesses qui restent très mesurées, d’autant que l’IMOCA La Fabrique n’est définitivement pas dessiné pour ces conditions. Et que ces denrières ne risquent pas de s’arranger : si l’activité orageuse s’est atténuée ce matin, elle a depuis laissé place à une vaste zone de vents faibles. Qu’importe, Alan et Fred ne lâchent rien et comptent bien tout faire pour sortir du Pot au plus vite. « On est encore en train d’apprendre à connaître le bateau, mais on est tout le temps sur le pont, à l’attaque ! » Relais à la barre et analyses des fichiers météo - et du ciel - animeront donc les prochains jours de notre duo, l’objectif principal étant d’optimiser leurs vitesses et de trouver en premier la porte de sortie. Repos et bons soins aux bonhommes seront également de mise pour se préserver avant de ré-attaquer, direction Salvador de Bahia !

Image du bord © Alan Roura / Frédéric Denis / La Fabrique Sailing Team