route-du-rhum-jour-12

Route du Rhum - Jour 12

16.11.2018

Bonjour à tous, ici La Fabrique ! Le GPS affiche 800 milles pour le Nord de la Guadeloupe… Et oui, 800 ! Ça va aller super vite maintenant, même plus le temps de profiter de ces moment de bonheur sur l'eau. 

En vérité, j'en chie à tenir la cadence : spi max, GV haute, couteau entre les dents, je fonce tête baissée. Une aventure incroyable que cette Route du Rhum, avec chaque jour de nouveaux rebondissements (ndlr : message rédigé avant qu’Alan ne soit informé de l’avarie et de la pénalité d’Alex Thomson). Me re-voilà 7ème, bien énervé et bien remonté. Je vais tenter d'aller chercher cette 6ème place : rien d'impossible, même si pas simple. 

Le bateau semble tenir bon, je n'y vais pourtant pas de main morte. On m’a dit que l’avantage avec moi, c’est que quand j'ai l'impression que ça va péter, j'ai encore de la marge… Là, mon esprit conservateur est en train de s'effacer ! Je regarde l'étrave fendre la mer, l'exploser même, parfois. Ce beau bateau que j'ai entre les mains, c’est du bonheur absolu. Le résultat d’un travail d'équipe absolument fantastique. Là, c’est le chef d'entreprise qui parle, un gamin de 25 ans, mais un homme fier, si fier, d'avoir réussi à faire tout ce chemin. De monter une équipe aussi incroyable, qui a su m'écouter, me conseiller et me booster.

Si je suis là aujourd'hui, c'est bien grâce à eux. Nous en avons traversées, des embûches, sur notre chemin. Mais chacun d'entre nous a su faire face, surmonter les problèmes. La Fabrique est aujourd'hui en route, seulement quatre mois après sa remise à l’eau. Donc même une septième place sur la Route du Rhum, ce ne serait finalement pas si mal !! Donc merci l'équipe, merci du boulot que vous faites pour moi et merci de me supporter. L’aventure n'aurait pas la même saveur sans vous. Je me réjouis de boire un ti punch avec vous à Pointe-à-Pitre. Merci aussi au cabinet Finot-Conq, à Gepeto Composite, à JPS Production. Merci à vous pour ce travail de maître et pour votre confiance.

Maintenant il faut m'excuser, mais moi c'est l'heure du café. On a beau être « coureur au large », les bonnes choses n'attendent pas !

Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique Sailing Team