transat-jacques-vabre-depart-dimanche

Transat Jacques Vabre : Départ dimanche

21.10.2019

À moins d’une semaine du départ de la 14ème édition de la Transat Jacques Vabre Normandie Le Havre - la troisième pour Alan Roura et Sébastien Audigane - le skipper suisse et son équipe peaufinent leurs derniers préparatifs. Avec 30 IMOCA au départ, l’équipage de La Fabrique aura en effet à coeur de se donner les meilleurs moyens pour figurer en partie haute du classement final.

Alors que les festivités battent leur plein autour du Bassin Paul Vatine, à l’occasion du Village de départ aux Docks du Havre, les membres de La Fabrique Sailing Team sont occupés à toute autre chose. Si l’IMOCA La Fabrique est arrivé dans le port normand dès jeudi soir, paré à s’élancer à traverser l’Atlantique, un bateau de course n’en reste pour autant jamais totalement « prêt ». Alan Roura, Sébastien Audigane et leur équipe s’activent donc à cocher les dernières cases de leur liste de tâches optimale. Aux missions traditionnelles d’avant-course telles que l’avitaillement, la préparation de la pharmacie du bord, le chargement du bateau ou encore l’embarquement de tout le matériel de sécurité et de rechange, viennent ainsi s’ajouter les derniers petits réglages fins et réparations infimes. « C’est la période où il faut réussir à peaufiner sa préparation tout en essayant de se reposer » confie Alan. Pas facile lorsque skipper et co-skipper sont également sollicités pour les briefings et autres obligations de la course, séances de dédicaces en tous genres, sans oublier les nombreuses photos, vidéos et interviews demandées par les médias et l’organisation. Une période d’avant-départ qui est donc loin d’être de tout repos pour le duo, avant de partir pour environ deux semaines de mer, dimanche prochain. 

Jouer dans la brise

Et la compétition s’annonce rude à travers l’Atlantique ! Avec 30 IMOCA au départ dont 5 nouveaux foilers, l’équipage de La Fabrique se confrontera en effet à un plateau des plus relevés, tant en termes de machines de course que de concurrents expérimentés. « En IMOCA, il y a un plateau exceptionnels, avec de super bons bateaux et de super duos, donc finir dans les 10 premiers serait déjà très bien » confirme Sébastien. « On ne pourra pas viser la victoire mais il y a une belle performance à aller chercher malgré tout » abonde dans son sens Alan. L’objectif du tandem helvético-français sera donc de jouer avec ses adversaires directs et de bien figurer dans la première partie de tableau . « Nous avons envie de réaliser une belle trajectoire et de faire bonne figure dans notre course dans la course » résume Sébastien. Leur force ? Se distinguer dans la forte brise. Car si La Fabrique, mis à l’eau en 2007, n’est pas l’IMOCA le plus rapide de la flotte, le monocoque suisse a en revanche prouvé sa fiabilité à toute épreuve. « On espère avoir du gros temps dans le golfe de Gascogne, ce sera notre carte à jouer, précise Alan. On a le bateau pour et on y est préparé. Il ne faudra pas hésiter à attaquer, tout en gérant bien notre fatigue sur les passages importants : pour avoir de la réserve et un coup d’avance au niveau physique. » Sur un parcours qu’ils connaissent et apprécient tous les deux (ce sera leur troisième participation à l’un et à l’autre), Alan et Sébastien viseront donc un Top 15, voire un Top 10, avec l’objectif premier de donner le maximum et faire la plus belle course possible. D’ici là, lorsque le premier se sent « plutôt serein » à la barre d’un bateau « solide et prêt », le second, lui, a « hâte d’y aller ». Ça promet ! 

Coup de canon dimanche 27 octobre à 13h15, pour lâcher les chevaux. 


Ils ont dit :

Alan Roura, skipper de La Fabrique : « C’est la période où il faut réussir à peaufiner sa préparation tout en essayant de se reposer. On ne pourra pas viser la victoire mais il y a une belle performance à aller chercher malgré tout. On espère avoir du gros temps dans le golfe de Gascogne, ce sera notre carte à jouer, précise Alan. On a le bateau pour et on y est préparé. Il ne faudra pas hésiter à attaquer, tout en gérant bien notre fatigue sur les passages importants : pour avoir de la réserve et un coup d’avance au niveau physique. 
Ce sera ma troisième Transat Jacques Vabre, la deuxième sur ce bateau, mais j’ai toujours autant de plaisir à y participer. Je suis plutôt serein à la barre d’un bateau solide et prêt. »

Sébastien Audigane, co-skipper de La Fabrique : « Nous avons envie de faire une belle trajectoire et bonne figure dans notre course dans la course. Le plateau en IMOCA sera exceptionnel, avec de très bons bateaux et d’excellents duos. Je suis content d’avoir participé au convoyage jusqu’au Havre, c’était important de naviguer une dernière fois avant de passer 10 jours à terre. 
Je connais bien le parcours pour avoir participé déjà deux fois à la Transat Jacques Vabre et fait la même route sur plusieurs tours du monde, c’est un parcours que j’aime beaucoup. J’ai hâte d’y aller. » 

Photo © Christophe Breschi / La Fabrique