vendee-globe-jour-17

Vendée Globe - Jour 17

24.11.2020


Hier, pour la première fois depuis un bout de temps, j'ai du mettre une « couverture » pour dormir.Il devait faire 25°C,  j'avais froid dans le bateau… Rassurez-vous, un petit coup de winch et on retrouve cette chaleur écrasante ! Le soir le vent adonne de 10° en général et prend un petit 5 noeuds en force, ce qui fait que la nuit, je vais souvent plus vite que mes deux collègues de devant. Mais quand le jour arrive… 12 noeuds à 70° du vent réel. Autant dire que je préfère la nuit. 

La route à prendre semble se préciser depuis quelques jours, à quelques détails près… Encore 24 heures environ à tenir dans des conditions assez identique aux journées précédentes. Des journées un peu chiantes, à la même allure avec des vents instables en force et en direction. Bâbord, bâbord et encore bâbord amures. J'espère qu'on aura du tribord dans le Sud ! Clairement, La Fabrique est neuve du côté tribord : les écoutes, le gréement, tout. Et moi, ça me permettrait de retrouver une jambe aussi ! J'ai tourné mon lit du coup, pour changer un peu de côté de gîte pour mon corps. Ça fait bizarre quand tu es habitué à l'inverse. J'innove, j'aime le changement !

Tout va bien à bord, je commence à me sentir bien dans ma tête, en pleine possession de mes moyens. Niveau météo, c'est assez invivable : hier, je passais de 10 à 25 noeuds et le vent adonnait ou refusait de 60°, d’un coup. C’est dingue. Un peu plus et la grand voile partait en lambeaux, à claquer dans ce vent.

Depuis cette nuit j'ai un peu de lieux. J’ai eu 4 heures tranquilles. C’est ensuite redevenu plus compliqué… Grain sur grain, un vrai Pot-au-noir n°2. De 6 à 30 noeuds. Mais je tiens le coup. Je déquille dans la molle, et arrivé à 0, je requille direct et je prends baston. J'espère que c'est la dernière journée comme ça, ce n’est vraiment pas cool. Ça me fait des moyennes de merde, je passe de 70° du réel à 110° pour 5 minutes puis ça revient à 85°. Laisse tomber les réglages de voiles ! C'est tellement variable…  Au moment où je vous écris, j'ai pris 30° de bascule (dans le mauvais sens). Du coup gros son reggae, un café et on the road again. 

Je me rends compte que, même si je ne suis pas super bien au classement, j'ai réussi à m'accrocher à la flotte. Initiatives-coeur n'est « que » 500 milles devant. C’est loin, mais vu le début de course, ce n’est pas non plus déconnant. De toute façon, je n’ai pas la puissance pour aller aussi vite que les grands foileurs. Dans certains angles de vent, je vais plus vite que ceux à dérives, mais de là à leur coller 4 noeuds sans arrêt, ça non. La Fabrique reste un bon vieux Finot, bien modifié. Les plan Finot sont des bateaux fabuleux, mais si tu n'es pas sans arrêt dessus, tu es collé à la piste. Et dans 12 noeuds de vent, j'ai en plus une grosse pelle dans l'eau qui ne porte pas encore, mais qui pousse beaucoup de flotte. Il faut donc aussi régler le foil sans arrêt. Pas de quoi s'ennuyer !



SPONSORS OFFICIELS