route-du-rhum-jour-5

Route du Rhum - Jour 5

09.11.2018

Bonjour à tous ! Les conditions météo n'ont pas été simples depuis le départ, je n'ai pas vraiment pris le temps de vous envoyer un vrai message du bord. Imaginez ne même pas pouvoir dormir sans que le corps ne décolle de 10 cm à chaque vague… Alors écrire ! Compliqué...

Me voilà au niveau de Madère, sous le soleil et la chaleur locale, une belle voile d'avant, la grand voile pleine, une mer lisse, sans vent, mais une houle de 3 mètres. J’ai enfin le temps de prendre soin de La Fabrique, de moi et de profiter du moment. J’ai résolu les petits soucis que j'ai eu sur le début de course, des bricoles à gauche à droite, un peu de voilerie ce matin, un peu de matelotage… Bref, je bosse figurez-vous !

Ça me change les idées de la météo et du classement. Pour une fois, je suis vraiment rentré en mode course dès le premier jour de nav’. J’ai soif de vitesse, de cravacher pour grappiller des places ! Je n'arrête pas une minute. Parfois il faut aussi se ressourcer, pour savoir où aller et continuer à découvrir le mode d’emploi du bateau. Donc j’essaie de comprendre, de prendre mes marques, de tenter des choses. Ça marche parfois, parfois pas... Mais dans l'ensemble, on ne fait qu'un : ça y est, Helvetia* - La Fabrique et moi, ça promet de belles choses. Je suis tombé amoureux, elle me parle, je la comprends… C’est une belle victoire je trouve. Mais pas simple quand même d’apprivoiser une telle machine !

Pour ne rien vous cacher, je me torture quand même pas mal la tête.. Pourquoi je n’ai pas réussi à suivre Yan ? Pourquoiiii ??? Je serais 200 milles devant ! La réponse ? Je crois que ça a déjà été un honneur de naviguer bord à bord contre lui, d'avoir même été devant un moment. Il ne faut rien  lâcher, jusqu'au bout. 

J’ai une petite pensée pour le cabinet Finot-Conq Architectes, qui a dessiné mon bateau et les deux qui me collent derrière. Bravo ! Bravo à vous, vous pouvez être fiers car vos bateaux sont dans le match, même 10 ans après leurs mises à l'eau. Et en pleine forme ! Pas simple d’ailleurs d'être suivi par ses sistership. La pression quand même ! J’avoue qu'ils ont un avantage dans la molle, sans foils dans l'eau, alors Eole s’il te plaît, reviens vite, je t'en supplie !

Image d'illustration © Christophe Breschi / La Fabrique Sailing Team